Retour à la Nature : Partie 1

Publié le par Bink

Pourquoi avoir décidé de partir plusieurs jours seul en pleine nature ?


L’envie d’aventure, non ! Plutôt l’envie de nature. Le monde dans lequel nous sommes, nous éloigne trop de la nature. On ne serait plus se débrouiller seul en pleine forêt, ou en montagne. C’est pourquoi quelques jours par an, s’éloigner de tout ce à quoi l’on est habitué (confort, facilités), permet de se ressourcer un peu. Enfin, c’est de cette manière et surtout avec cet état d'esprit que j’ai vécu ces trois jours-ci.
Je ne suis évidemment pas parti sur un coup de tête. Toute aventure de ce genre (celle où l’on  compte passer son temps en pleine nature) se prépare une minimum (prise d’informations, de renseignements et achat d’un peu de matériels).

Monaco m’accueille en plein soleil. Malgré cette météo propice au tourisme, je n’ai point le temps de visiter la ville, le départ de la Via Alpina (randonné pédestre) m’attend.

(Monaco, vue du dessus du jardin exotique)

Par chance, le temps est magnifique et l’on a du mal à se croire en plein mois de février. Quelques photos de Monaco au dessus du jardin exotique s’imposent, avant d’entreprendre une longue marche.

Je porte environ 13-14 kg sur les épaules et mon dos. Avec tout cela, je n’ai rien oublié et je pourrais affronter ou plutôt cohabiter avec la nature par mes propres moyens. Quelques kilomètres au dessus de Monaco, je rencontre des italiens. Ils sont très sympathiques, nous discutons 3-4 minutes sur nos différentes destinations. Il s’interroge sur mon gros sac à dos et je leur explique mon intention de bivouaquer en autonomie dans les Alpes. Après leur étonnement et leur courage, ils continuèrent leur route.

Depuis le début, le terrain est pentu et cela ne cesse de grimper. C’est normal, puisque de Monaco on part de 0 pour arriver à des altitudes de plus en plus hautes. Les forts pourcentages me font transpirer et m’obligent à boire assez souvent pour compenser. J’ai 3 litres d’eau sur moi. J’essaie de ne pas boire en trop grosse quantité pour avoir assez d’eau encore le lendemain. Car je ne sais pas si je trouverais une source d’eau dans mon sillage.

Au bout d’un moment, une route s’offre à moi, ni chemin ni sentier indiquant la Via Alpina. Je marche le long de la route. Comprenant qu’il n’y aurait plus d’autre chemins jusqu’au prochain village, je décide en marchant de lever le pouce (signe du stop) lorsqu’une voiture passe. Car il n’y a rien de plus désagréable que marcher sur la route (pollution des voitures, sols en béton mauvais pour le dos…), surtout que cela peut être dangereux dans le sens où il n’y a pas de trottoir et mon corps est donc réellement debout sur la route. Une personne d'un certain âge m’emmène au prochain village.

Le soleil commençait à se coucher. Je me dépêchais de marcher pour trouver un coin en pleine montagne à l’extérieur du village. Il fallait marcher vite et bien ouvrir les yeux pour apercevoir les lieux de bivouacs possibles. Juste avant la tombée de la nuit, un bon coin apparut devant mes pieds : Un espace protégé du vent à travers des arbres et des broussailles. Je montai la tente rapidement. Une fois cette tâche finit, je ramassai du bois tant que je pouvais encore voir. La nuit tomba, mais je pu me faire bouillir de l’eau dans mon réchaud à bois. Cela me permis de manger une soupe bien chaude. Ce qui est très appréciable, car la température avant fortement chuté.

undefined
(eau de la soupe en train de chauffer)

La nuit n’était pas des plus agréables. Tout d’abord le froid m’empêchait de bien dormir. Puis surtout en plein milieu de la nuit, un sanglier passa par là et s’arrêta devant ma tente. Il se mit à renifler autour de la tente. Je ne fis aucun bruit, pour ne pas surprendre le sanglier (ce qui aurait pu l’effrayer et le faire charger la tente). Au bout d’une minute, n’entendant rien, il partit. Je n’étais vraiment pas rassuré lors de cette minute, mais dormir en milieu naturel c’est aussi çà ! On ne choisis pas toujours ces voisins ou compagnons nocturnes.

undefined(les Alpes)

(suite prochainement)

Publié dans Divers

Commenter cet article